Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

envers les malades

Deux regards invitant à la Miséricorde et au respect de la dignité, celui d'une personne connaissant la maladie et celui d'un médecin.

Attention, il y a quelqu'un dedans !

Christine Wattiaux

Collection L'Histoire à vif 160 pages - oct. 2012 -

 

Il y a quelqu'un Il y a quelqu'un  

Un malade est d'abord une personne, corps et âme tout à la fois ! Voici une lettre ouverte aux personnes malades, écrite par l'une d'elles, pour qui le quotidien est, un jour, devenu une terrible traversée. Cette lettre s'adresse aussi à leurs proches, dont on parle habituellement si peu, et qui, dans l'ombre de la maladie, sont confrontés à la souffrance d'un être aimé. Elle s'adresse enfin aux soignants et aux accompagnants qui font le beau métier de soulager autant qu'il est possible la souffrance des autres, ainsi qu'à tous ceux pour qui la maladie, la douleur ou le handicap d'autrui restent étrangers, au point qu'ils ont parfois du mal à les aborder ou à les accepter. Dans cet ouvrage, Christine Wattiaux témoigne du séisme que représente la maladie sur les plans sociologique, psychologique et spirituel. Sans haine ni aigreur, elle ose proposer des chemins pour de meilleures relations entre soignés et soignants, accompagnés et accompagnants. Elle propose quelques repères pour pouvoir rester debout dans la maladie, et pour vivre cette épreuve dans l'espérance. Avec le simple et puissant désir d'aider, elle exprime son expérience de croyante et nous présente le Dieu de Jésus-Christ qu'elle a trouvé au milieu de ses larmes et de son désarroi, aux jours de tempêtes les plus violentes

 

 

 

Dieu m'a donne rendez-vous Dieu m'a donne rendez-vous  

Dieu m'a donné rendez-vous à l'hôpital

Itinéraire spirituel d'un prêtre médecin - Bruno Cazin (Auteur)

Paru le 8 octobre 2015

 

Bruno Cazin a grandi à quelques centaines de mètres de l’Hôpital Marguerite de Flandre. « J’ai eu la vocation de la prêtrise d’un seul coup, à l’adolescence », confie Bruno Cazin, qui explique : « mon père voulait que je fasse médecine… et je lui ai obéi. Ensuite, je suis devenu prêtre, et j’ai demandé à pouvoir poursuivre mes activités de médecin ». Depuis, Bruno Cazin a fait beaucoup de chemin : 30 années au CHRU de Lille en tant que spécialiste en hématologie clinique (maladies du sang), et depuis quelques semaines Vicaire Général du diocèse de Lille (le bras droit de l’archevêque de Lille)" (extrait su site de la ville se Seclin)

 

Article publié par emmanuel canart • Publié Dimanche 18 octobre 2015 • 702 visites

Haut de page